Boycott: le CESE plaide pour une meilleure protection du consommateur

Le CESE, Conseil Economique et Social, présidé par Ahmed Reda Chami vient de livrer les conclusions d’une étude sur les nouvelles formes de protestation. Parmi celles-ci il fait figurer le mouvement de boycott ayant touché trois marques de grande consommation en 2017 (Centrale Danone, Afriquia et Sidi Ali).

Au bout de son investigation/raisonnement, le CESE admet qu’il s’agissait d’un réel phénomène de masse, bien représentatif d’une large couche de la société. Il appelle à partir de là l’Etat à prendre davantage au sérieux les question de consommation et de protection de consommateur, en activant les canaux institutionnels de médiation prévus dans l’objectif de prendre en charge les revendications des consommateurs. Une position qui semble corroborer celle de la société civile constituée des associations de consommateurs; “des revendications exprimées depuis plusieurs années, comme l’activation du Conseil consultatif supérieur de la consommation, mais qui peinent toujours à voir le jour ou souffre de beaucoup de problèmes au niveau de la mise en oeuvre”, se désole Madih Ouadih, président d’Uniconso.

Commentaire Facebook

Commentaires: 0

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par *