DossiersElections et classes moyennes

Maroc de demain: le Roi trace la voie

Dans ses derniers discours, le Roi Mohammed VI a montré la voie de ce que doit être le Maroc de demain. Amélioration des services publics, généralisation de la protection sociale, mise en place du nouveau modèle de développement… de nombreux chantiers ont été initiés dans ce sens par le souverain. Mais, face à cette vision ambitieuse et clairvoyante, il n’est pas sûr que le prochain gouvernement soit à la hauteur du défi.

Al’occasion de ses vingt ans de règne, le Roi Mohammed VI avait annoncé la couleur :
le Maroc doit se doter d’un nouveau modèle de développement.
Les grandes orientations ont été dévoilées quelques jours plus tard lors du discours Royal du 20 août 2019. «Notre ambition est que, dans sa nouvelle version, ce modèle de développement constitue une assise solide pour faire émerger un nouveau contrat social emportant une adhésion unanime, en l’occurrence celle de l’État et de ses institutions, celle des forces vives de la nation incluant le secteur privé, les formations politiques et les
syndicats, les associations, ainsi que celle de l’ensemble des citoyens», avait alors déclaré le Roi.

Réduction des inégalités

Dans le discours du 31 juillet 2019, a mis l’accent sur la persistance des inégalités, malgré les progrès enregistrés par le Royaume ces dernières années. Pour lui, « le renouvellement du modèle de développement, ainsi que les projets et les programmes lancés sous son impulsion, visent à faire avancer le Maroc sur la voie du progrès, à améliorer les conditions de vie de ses citoyens, à réduire les inégalités sociales et spatiales »
La classe moyenne au centre des préoccupations

L’émergence d’une véritable classe moyenne et son élargissement figuraient depuis de longues années en tête des préoccupations du Roi.

Le ton a été donné en 2008 dans son discours du Trône de la même année. Il avait ainsi insisté sur l’urgence de donner à la classe moyenne la place qu’elle mérite et appelé le gouvernement à « veiller à ce que toutes les politiques publiques soient stratégiquement vouées à l’élargissement de la classe moyenne, pour qu’elle soit le socle de l’édifice social, la base de la stabilité, et un puissant catalyseur de la production et de la créativité
». Dix ans après, le souverain s’est réjouit des résultats. « Dieu soit loué, le Maroc a commencé, ces dernières années, à se doter d’une classe moyenne, qui constitue, désormais, un véritable levier de production et un vecteur de cohésion et de stabilité », note t-il avant d’insister sur la nécessité de la préservation des acquis et de la volonté d’aller au delà. « Eu égard à la centralité de la classe moyenne dans le corps social, il convient d’en préserver les fondements et les ressources, en réunissant les conditions favorables à sa consolidation et à son élargissement, en ouvrant des perspectives de promotion à partir deet vers elle », insiste le Roi ajoutant que ces défis ne seront relevés «qu’en hissant le taux de croissance à des seuils plus élevés, en générant plus de richesses, en veillant à une redistribution équitable des fruits du développement».
Le souverain a appelé par la même occasion à l’accélération de la mise en oeuvre de la régionalisation avancée et de la charte de déconcentration administrative, afin qu’elles constituent «des leviers des plus efficaces pour rehausser le niveau de l’investissement territorial productif et promouvoir la justice spatiale».

L’émergence d’une classe moyenne rurale s’impose

Le monde rural n’est pas en reste. En effet, dans son discours prononcé en octobre 2018 à l’ouverture de la session d’automne au parlement, le Roi a été très attentif aux préoccupations de la campagne.
Le message royal visait ainsi la création de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus en faveur des jeunes en milieu rural. « Le secteur agricole, peut être un pourvoyeur d’emplois plus performant et un instrument plus efficace pour assurer de meilleures conditions de vie en milieu rural », précise le souverain qui a appelé clairement à réunir les conditions favorables à l’émergence d’une classe moyenne agricole, à l’image
de la classe moyenne urbaine.

Couverture sociale pour tous les marocains

En 2020, d’autres chantiers ont bénéficié d’une attention particulière du Roi. Dans un contexte de propagation de la pandémie du covid-19, il a en effet engagé le pays dans d’importants chantiers économiques et sociaux.
Et le discours marquant le 21ème anniversaire de son ascension au trône a été l’occasion d’importantes annonces dont celle de la généralisation de la couverture sociale. « Le moment est venu de lancer, au cours des cinq prochaines années, le processus de généralisation de la couverture sociale au profit de tous les Marocains », a dit le Roi. Ce projet sera déployé à partir de janvier prochain en commençant par la « généralisation de l’assurance maladie obligatoire (AMO) et des allocations familiales », et sera étendu à «la retraite et l’indemnité pour perte d’emploi», avait annoncé le roi, dans un discours pour le moins historique.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page